Enseigner les sciences autrement

La crise de confiance actuelle dans les vaccins et dans la réalité même de la dangerosité du Covid-19 devrait interpeler toute la communauté scientifique, et pas seulement les seules médecins et pharmaciens. Pourquoi une telle défiance dans la science ? Il y a d’abord une tendance générale de remise en cause de toutes les élites quelles qu’elles soient, considérées comme responsables de la « mauvaise » situation actuelle: politiques corrompus, journalistes aux ordres, hauts-fonctionnaires incompétents, etc. Pourquoi les scientifiques échapperaient-ils à la curée générale prônée par les mouvements populistes dans la plupart des démocraties occidentales ? Il y a eu aussi des catastrophes causées par une mauvaise maitrise de certaines technologies. L’accident qui a été le point de départ ce mouvement anti-scientifique a été bien sûr Tchernobyl, en 1986. Le mouvement écologiste, qui à l’origine voulait corriger les erreurs du développement industriel, s’est muté en mouvement scientifiquement rétrograde. Arrêter le nucléaire pour revenir aux énergies fossiles, c’est clairement la politique du « retour à la bougie ». D’autant plus qu’on a découvert depuis que la consommation excessive d’énergies fossiles est responsable du réchauffement climatique, réalité scientifique et parfaitement mesurable que certains populistes contestent évidemment par méfiance pour ces mêmes scientifiques !Quelle est la solution ? C’est évidemment l’éducation. Pour faire des jeunes Français de futurs bons citoyens défenseurs de la démocratie, l’Education Nationale a ajouté a ses programmes l’éducation morale et civique. La science commence au collège, mais elle a deux défauts: une approche trop professionnelle – on cherche à former trop vite de futurs scientifiques de métier, ce que peu d’entre eux seront en réalité – et trop mathématique – en France, hors des mathématiques, point de salut, hélas ! Au final, la filière scientifique reste toujours la filière d’excellence au lycée, mais pour former très peu de scientifiques. La France doit sans doute être le seul pays au monde où les « business schools » recrutent leurs meilleurs élèves parmi les bacheliers scientifiques, ce qui est un peu le monde à l’envers. Bref, proposons à la majorité des lycéens qui ne se destinent pas à une carrière scientifique une éducation scientifique générale qui leur permettrait de se faire une opinion un peu plus juste de la science actuelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :